BD Adulte

BD / Manga

BD Adulte

Shangri-La

Mathieu Bablet

Ankama

20,90

(Re)découvrez le one-shot de Mathieu Bablet avec cette édition anniversaire, proposant une nouvelle couverture et des bonus inédits !


Carbone & Silicium
22,90

2046

Derniers nés des laboratoires Tomorrow Foundation, Carbone et Silicium sont les prototypes d’une nouvelle génération de robots destinés à prendre soin de la population humaine vieillissante.

Élevés dans un cocon protecteur, avides de découvrir le monde extérieur, c’est lors d’une tentative d’évasion qu’ils finiront par être séparés. Ils mènent alors chacun leurs propres expériences et luttent, pendant plusieurs siècles, afin de trouver leur place sur une planète à bout de souffle où les catastrophes climatiques et les bouleversements politiques et humains se succèdent...


Faut pas prendre les cons pour des gens
12,90

Succès surprise de 2019 (60 000 ex. GfK),  Faut pas prendre les cons pour des gens  revient en octobre pour un tome 02 toujours aussi absurde, hilarant et terriblement efficace. 

En ces temps où tout le monde se demande si l'on peut encore rire de tout, Reuzé et Rouhaud font fît de ces questions et nous offre un bijou d'humour noir et absurde que n'aurait pas renié Desproges. Chaînon manquant entre l'implacable lucidité des Idées noires et l'absurdité de Fabcaro, cette série fera date dans l'histoire de la BD.


Anaïs Nin, Sur la mer des mensonges

Sur la mer des mensonges

Casterman

23,50

Début des années 30. Anaïs Nin vit en banlieue parisienne et lutte contre l’angoisse de sa vie d’épouse de banquier. Plusieurs fois déracinée, elle a grandi entre 2 continents, 3 langues, et peine à trouver sa place dans une société qui relègue les femmes à des seconds rôles. Elle veut être écrivain, et s’est inventé, depuis l'enfance, une échappatoire : son journal. Il est sa drogue, son compagnon, son double, celui qui lui permet d’explorer la complexité de ses sentiments et de percevoir la sensualité qui couve en elle. C’est alors qu’elle rencontre Henry Miller, une révélation qui s’avère la 1re étape vers de grands bouleversements.


La Dernière rose de l'été
29,00

Policier intimiste hitchcockien d’inspiration Nouvelle Vague, « La dernière rose de l’été » revisite le récit d’ambiance avec une grâce épurée. Une esthétique léchée, des couleurs hypnotiques et un don singulier pour établir des atmosphères mystérieuses : pas de doute, c’est bien le nouvel Harari !

C’est l’été. Léo, jeune rêveur parisien caressant l’espoir de devenir écrivain, bosse dans un lavomatique en attendant de trouver l’inspiration pour son grand œuvre. Un soir, il croise par hasard un cousin qui lui propose de garder sa maison de vacances au bord de la mer. Coup de pouce du destin, le timide Léo se retrouve, quelques jours plus tard, voisin de riches plaisanciers aux voitures de collection et villas d’architecte.

Cependant, malgré l’atmosphère légère et surréaliste, quelque chose ne tourne pas rond. De jeunes hommes disparaissent aux alentours ; la tension monte… C’est dans ce cadre étrange, et tandis que l’inspecteur Beloeil mène l’enquête, que Léo rencontre sa jeune voisine, adolescente capricieuse et sauvage : la belle Rose.

"Un thriller sensuel et tendu […] séduisant grâce à des cases belles comme des tableaux" Les Inrockuptibles
"Un roman graphique hypnotique, lumineux comme un polar de l’âge d’or de la BD Franco Belge" Le Soir
"Album aux couleurs magnifiques, La dernière rose de l’été est un polar prenant à l’atmosphère irréelle". Journal de 13h, TF1
"Un polar languide et moite qui rompt avec les clichés du genre". Le HuffPost
"Si L’Aimant nous avait donné à découvrir un pur talent de dessinateur, la ligne claire, subtilement rétro de Lucas Harari fait à nouveau sensation et déborde paradoxalement de modernité. (…) Il semblerait que Lucas Harari sache tout faire avec brio". Page des libraires