Polar

Adulte

Polar

Justice de rue

Kris Nelscott

Éditions de l'aube

23,90

Nous sommes aux premiers jours de l'année 1970, et pourtant rarement un roman de Kris Nelscott n'aura semblé aussi actuel. Smokey Dalton, alerté par son fils Jimmy, retrouve dans un hôtel sordide celle qu'il considère comme sa nièce, la jeune Lacey, treize ans. Elle a été violée et battue. ­Dalton n'aura alors plus qu'un objectif en tête: démanteler le réseau de prostitution et d'esclavage qui sévit dans cet hôtel depuis des années, attirant les jeunes filles ­scolarisées à l'école ­voisine, dans un quartier noir de Chicago. Comme chaque fois, Nelscott frappe juste pour dénoncer l'atrocité des inégalités raciales et le silence assourdissant des ­autorités. Surtout quand les victimes sont des filles. «Kris Nelscott peut prétendre à la plus forte série de romans policiers actuellement rédigés par un auteur américain.» Salon «Une lecture captivante!» Entertainment Weekly «La petite victoire durement remportée par Dalton illustre de façon éclatante une période mouvementée de notre récente histoire culturelle.» Publishers Weekly «Smokey est unique.» Library Journal


Dictionnaire amoureux du polar
27,00

**" Voici le dictionnaire de ce que j'aime (à quelques oublis près). "**

" Nos amis italiens et espagnols (ils ne sont pas les seuls) ne font guère de
distinction entre " roman noir " et " roman policier ". Mais comme en France,
nous la faisons, en toute logique ce dictionnaire devrait ne comprendre que
des entrées concernant le roman policier. Si vous en êtes d'accord, ce sera ma
première licence : je parle d'un univers littéraire qui est le mien, on y
trouvera aussi bien du " polar " que du " noir ".
S'agissant d'un univers " littéraire ", il ne devrait y avoir ici que des
livres. Ce sera ma seconde licence : incidemment, on y trouvera quelques
films, quelques séries TV, quelques BD, des librairies, des blogs.
Enfin, autant prévenir tout de suite : pour les définitions maîtrisées, les
monographies exhaustives, les analyses thématiques, etc., le lecteur trouvera
facilement d'excellents ouvrages (j'en cite quelques-uns, en fin de volume)
qui correspondront à cette attente. C'est à un écrivain que l'éditeur a confié
ce Dictionnaire amoureux. Je parlerai donc ici en lecteur et en romancier. Il
y aura des oublis impardonnables, des injustices, des jugements contestables.
C'est inévitable mais je ne fais que respecter le projet de cette collection :
c'est le dictionnaire de ce que j'aime (à quelques oublis près).
Lorsque je lis un Dictionnaire amoureux, rien ne me fait plus plaisir que de
découvrir des choses que je sais déjà. C'est un peu comme pour le Nobel de
littérature : le jour de la proclamation, quand il s'agit de quelqu'un dont je
connais déjà le nom, j'ai l'impression d'être cultivé. J'espère que ce
Dictionnaire amoureux réservera au lecteur quelques-unes de ces satisfactions
mais aussi quelques surprises, quelques découvertes. Et l'envie de lire et de
relire encore cette littérature majeure qui, quoiqu'on en dise, reste
durablement marquée par le prosaïsme de ses origines.
Alphabétique (de " s'abîmer " à " vouloir-saisir "), totalement subjectif ("
on a rendu à ce discours sa personne fondamentale qui est le JE "), sans
prétention à l'exhaustivité..., je crois que les _Fragments d'un discours
amoureux_ (1977) peut être considéré comme l'ancêtre des Dictionnaires
amoureux. Puisqu'il correspond très exactement à mon projet, je reprends donc
ici, à la lettre, l'exergue de Roland Barthes : _C'est donc un amoureux qui
parle et qui dit :_ "


C'est arrivé la nuit

Robert Laffont / Versilio

21,90

«Ils sont hors-la-loi
Mais ils œuvrent pour le bien
Ils sont amis et partagent leurs secrets
Pourtant ils ne se sont jamais rencontrés
Jusqu'au jour où…



C’est arrivé la nuit
Le premier tome de la série 9.

Ils en parlent:
« Les portraits des personnages sont magnifiques avec leur fêlure et leur passé… Le fabuleux conteur sait tenir en haleine son lecteur. » Le Figaro Littéraire, Mohammed Aïssaoui.
« Marc Levy signe une fresque ambitieuse. Un panaché de Millénium et de James Bond. » RTL, Bernard Lehut.
« Un roman à cent à l’heure qui se dévore comme une excellente série. Émouvant, intelligent et très engagé. Vivement le tome 2 ! » Le Parisien.
« Un suspens trépidant à travers le monde. Vous allez adorer ces 9 personnages.» Patrick Simonin, TV5 Monde.
« Les personnages sont formidables, on les aime tout de suite.» BFM.
« Un roman fort et palpitant.» Version Femina.
« Il y a du suspens, c'est haletant tout du long.» Catherine Ceylac, Clique, Canal Plus.

Mot de l'auteur :
« Depuis vingt ans, j’écris pour voir le monde en couleurs…
Pour me calmer aussi.
À quoi sert d’être écrivain, si ce n’est pour raconter des histoires qui interpellent, pour se poser des questions ?
Je m’en suis posé à chaque page, alors j’ai mené l’enquête, résolu, aussi mordu qu’un reporter.

Je suis parti à la rencontre des vrais protagonistes, des hors-la-loi au cœur d’or, des vilains bien sous tous rapports, des manipulateurs, des faussaires, des passeurs, des assassins en col blanc, des putains magnifiques, des journalistes risquant leur peau pour que la vérité éclate, et ce faisant j’ai découvert l’indicible.

J’avais pour habitude de me laisser entraîner par deux personnages.
Cette fois, ils sont 9.
J’ai tout fait pour entrer dans leur bande.
Et ils m’ont accepté.

Cette année, nul besoin de leur dire au revoir à la dernière page.
Parce que l’histoire continue, et elle est loin d’être terminée.
Bienvenue dans le monde de 9 ! »
Marc Levy »


Un alibi en béton
22,00

Lucie Martin avait disparu depuis 1989 lorsqu'un promeneur a découvert son corps dans un lac asséché par la canicule de 2003. Alors que son squelette porte des stigmates rapprochant sa mort de celle des victimes d'un serial-killer, la police n'est jamais parvenue à confondre celui-ci, protégé par un alibi en béton. Enzo MacLeod reprend l'enquête sans se douter qu'il ouvre une véritable boîte de Pandore.


L'illusion
22,90

Bienvenue à Val Quarios, petite station de ski familiale qui ferme ses portes l'été.

Ne reste alors qu'une douzaine de saisonniers au milieu de bâtiments déserts. Hugo vient à peine d'arriver, mais, déjà, quelque chose l'inquiète. Ce sentiment d'être épié, ces «visions» qui le hantent et cette disparition soudaine...

Quels secrets terrifiants se cachent derrière ces murs ? Hugo va devoir affronter ses peurs et ses cauchemars jusqu'à douter de sa raison...

Bienvenue à Val Quarios, une «jolie petite station familiale» où la mort rôde avec la gourmandise d'une tempête d'été.